"Un Corridor sans nouvelle infection, sans discrimination, sans décès lié au VIH
et sans entrave à la libre circulation des personnes et des biens ."
Atelier régional de dissémination du rapport de l’an 6 et de validation des études du projet de facilitation du commerce et du transport sur le corridor Abidjan-Lagos

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Le Secrétariat Exécutif de l’Organisation du Corridor Abidjan-Lagos (OCAL) a organisé, les 29 et 30 Septembre 2016 à Cotonou, à l’HOTEL AZALAI, l’atelier régional de dissémination du rapport de l’an 6 et de validation des études du Projet de Facilitation du Commerce et du Transport sur le Corridor Abidjan-Lagos (PFCTAL).

Ledit atelier est placé sous la présidence du Ministre des infrastructures et des Transports de la République du Bénin.

L’atelier a regroupé 96 délégués provenant des parties prenantes du Projet (Unités de Coordination du Projet [UCP] et Comités Nationaux de Facilitation [CNF] en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Togo, au Bénin et au Nigéria et de l’OCAL). On notait également la participation de la Banque Mondiale, de l’ONUSIDA, de la Banque Africaine de Développement (BAD), de la JICA, de l’UEMOA et de l’Union Européenne.

Les objectifs poursuivis par cette rencontre sont les suivants :

Les objectifs généraux sont de i) partager avec les parties prenantes (Pays, CEDEAO, Banque Mondiale, OCAL) le niveau d’atteinte des indicateurs de performance du Projet et de ii) valider les rapports des consultants.

Les travaux qui se sont déroulés durant les deux jours ont permis d’atteindre les objectifs initialement fixés. Tous les rapports ont été amendés et validés.
L’atelier a fait les recommandations suivantes :

  • Renforcer la collaboration avec les PNLS et les CNLS
  • Renforcer et formaliser la relation entre l’OCAL et les CNF par des appuis ;
  • Rendre plus visible le travail effectué par l’OCAL en le mettant sur son site web.
  • Dans le cadre de l’Application du règlement 14 sur l’ensemble du corridor, la BAD organisera un atelier pour recueillir des propositions de mesures d’accompagnement permettant aux opérateurs de respecter ce règlement. Par exemple, on pourrait créer une bourse de fret régionale garantissant le fret retour et des plateformes logistiques et spécialisées par pays.
  • Formaliser le système de suivi et d’entretien routier sur le Corridor Abidjan-Lagos ;
  • Rendre fonctionnel les PCJ existants sur le corridor Abidjan-Lagos et confier leur gestion à l’OCAL

Les participants ont lancé un appel à l’endroit des pays et de la commission de la CEDEAO à travers une déclaration commune aux chefs d’états et de Gouvernements du Corridor Abidjan-Lagos de confier à l’Organisation du Corridor Abidjan-Lagos (OCAL) la mission dévolue à l’Autorité de Gestion de l’Autoroute Abidjan-Lagos.


Galerie d'images